S’intégrer pour être reconnu, un laboratoire de recherche sur la garde scolaire

S’intégrer pour être reconnu est un projet de recherche commandé par l’Association au Laboratoire de recherche du département de sociologie de l’Université Laval réalisé par trois étudiants, soit Nancy Jeannotte, Philippe Robitaille et Camille Thériault-Marois.

La recherche aborde les questions d’intégration et de reconnaissance de la garde scolaire et de son personnel. Trois écoles ont participé à ce projet et une quatrième école a aussi accepté de rencontrer l’équipe de recherche afin de leur expliquer le fonctionnement de la garde scolaire au sein de l’équipe-école.

L’intégration

L’intégration touche à la nature des relations qu’un groupe entretient avec un autre et s’exprime principalement par trois dimensions. Premièrement, elle est largement influencée par la communication. Plus il y a d’espaces de communication, plus les contacts et les échanges sont favorisés et plus il y a de possibilité de coordonner les actions des différents membres de l’équipe. Que les échanges soient formels, comme les réunions, ou informels, comme les relations spontanées, leur fréquence suggère une plus forte intégration. Ensuite, l’intégration suppose que l’on soit pris en considération et que l’on partage, dans une certaine mesure, des buts communs et, enfin, l’intégration repose sur l’interdépendance; les rôles de chacun y sont complémentaires.

La reconnaissance

La recherche s’est attardée à la manière dont se manifeste la reconnaissance des différents acteurs du milieu scolaire envers la garde scolaire et son personnel. La reconnaissance touche les relations entre les individus ou les groupes, elle doit être réciproque et entraîne le développement graduel d’une relation jugée positive. Dans le monde du travail, la reconnaissance touche la solidarité et implique que l’on accepte l’autre et ses compétences. Reconnaissance et intégration sont fortement liées.

Les défis

Plusieurs défis se posent selon les répondants pour une intégration et une reconnaissance pleines et entières, comme dans tous les milieux de travail. L’équipe identifie deux enjeux centraux le temps et le partage des ressources. Ces éléments sont capitaux parce qu’ils « concernent les conditions dans lesquelles peut se former une cohésion dans l’équipe-école et les obstacles à la création d’une forte solidarité entre les membres d’un groupe. » Par exemple, le fait de travailler sur des horaires différenciés nuit à la capacité des membres de l’équipe-école à planifier des moments de rencontre, du moins des rencontres formelles. Si des rencontres informelles sont toujours possibles, comme au moment de se croiser dans un corridor, cela implique que les locaux utilisés par la garde scolaire soit à proximité de ceux des enseignants. Sans quoi, il ne peut y avoir d’échange que sur une base exceptionnelle.

Le rôle de direction 

La recherche met aussi en lumière l’importance du rôle que peut jouer la direction dans la création et l’établissement de contacts entre les services de garde et les autres membres de l’équipe-école. Le leadership de la direction est essentiel pour la mobilisation de l’ensemble des membres de l’équipe-école autour d’un même projet, de buts similaires et d’une vision partagées.

En conclusion

Si l’équipe mentionne qu’il existe une certaine variation dans la vision du rôle joué par le personnel éducateur, et ce, même au sein d’une même équipe-école, elle arrive tout de même à certaines conclusions. La reconnaissance s’adresserait plus souvent aux individus plutôt qu’à leur fonction, ou leur travail. Les parents, quant à eux, seraient plus enclins à démontrer leur reconnaissance envers le personnel en garde scolaire et tous s’accorderaient pour dire que la garde scolaire est une nécessité. Du côté de l’intégration, deux pistes se dégagent principalement : soit le leadership assumé par la direction et la nécessité d’avoir la possibilité de communiquer, de se rencontrer et d’échanger.

 

Lire le rapport complet sur le site de l’Université Laval
S’intégrer pour être reconnus : les services de garde en milieu scolaire au sein de l’équipe école et du projet éducatif
Nancy Jeannotte, Philippe Robitaille, Camille Thériault-Marois

Devenez membre maintenant !

Être membre de l’AQGS, c’est s’engager à faire reconnaître le service de garde en milieu scolaire comme un des acteurs clés de la réussite éducative, profiter de l’expertise d’un organisme présent auprès des services de garde en milieu scolaire depuis 1985 et faire partie d’une communauté professionnelle vous permettant d’échanger avec d’autres collègues.