À l’heure du dîner : j’apprends encore! Blogue Je goûte, j'apprends!

À l’heure du dîner : j’apprends encore!

Saviez-vous que la période du dîner à l’école est un moment propice à divers apprentissages importants et que le personnel éducateur peut y contribuer grandement ? Pour ce faire, l’organisation du dîner doit permettre aux éducateurs (trices) d’être disponibles pour les élèves, c’est-à-dire respecter le plus possible le ratio de 20 élèves, disposer de petites tables pour que les élèves mangent en petits groupes, une période assez longue pour permettre aux élèves de manger à leur rythme, sans bruit excessif.

Dans la vidéo Le repas à l’école : valoriser les apprentissages qui est présentée lors la formation sur les contextes de repas, on expose les habiletés qui sont développées durant les repas.

Autonomie et estime de soi

Les repas et les collations sont des moments propices pour développer le sentiment de compétence des élèves. Surtout chez les jeunes élèves, le personnel éducateur les encourage à se nourrir seul, à se servir d’ustensiles, à déballer ou à peler un aliment seul.

Les élèves plus âgés peuvent être impliqués dans les activités ou des tâches entourant le moment des repas et des collations. Le personnel éducateur peut les inviter, dans la mesure du possible, à participer à la mise en place de la table, au service du repas et au nettoyage suivant les repas.

Habiletés sociales et langagières

En plaçant les élèves en petits groupes, ils peuvent converser entre eux tout en mangeant, créant ainsi une atmosphère favorisant le développement de leurs habiletés sociales (attendre son tour pour être servi, s’entraider, etc.).

De plus, par l’instauration de petits rituels et d’animations (chansons, comptines, etc.) ainsi que par l’établissement d’une atmosphère exempte d’anxiété et de hâte, le personnel éducateur contribue à faire des repas un moment de convivialité, propice à l’établissement de liens entre l’enfant et lui, entre les enfants eux-mêmes ainsi qu’au développement d’un sentiment d’appartenance au groupe.

Le personnel éducateur encourage les interactions sociales et la conversation, en utilisant un vocabulaire lié notamment aux notions de couleur, de forme, de taille et de quantité des aliments. Le langage peut également être développé et exploré à travers des discussions entourant la description des sens tels que le goût, la texture, l’apparence et l’odeur des aliments. La richesse du langage augmentera à mesure que les adultes et les pairs l’alimenteront. En plus d’offrir des opportunités de communication et d’apprentissage sur l’alimentation, les conversations à la table ajoutent à l’environnement agréable des repas.

Comme dans le cadre du repas en famille, c’est un moment pour chacun de s’exprimer, de se sentir écouté, de créer des liens, etc.

Habiletés motrices

Les repas et les collations sont également pour les élèves des occasions de renforcer leurs habiletés motrices, lesquels concourent à l’acquisition d’un sentiment de compétence.

Pour permettre le bon développement de leurs habiletés motrices, le personnel éducateur encourage les jeunes élèves à boire et à s’alimenter seuls en utilisant une cuillère ou une fourchette ou en utilisant leurs doigts. Il peut aussi montrer aux élèves comment ouvrir des contenants et les encourager à le faire par eux-mêmes éventuellement.

Connaissances, curiosité et plaisir de manger

Les repas et les collations sont l’occasion de parler des aliments avec les élèves. Le personnel peut leur demander de nommer leur fruit ou légume préféré, d’expliquer d’où ils viennent, comment on peut les apprêter, etc. En se faisant, les élèves développent une familiarité avec les aliments, ce qui contribue à développer leur ouverture pour de nouveaux aliments et ainsi favoriser de saines habitudes alimentaires.

C’est aussi un bon moment pour leur nommer l’importance d’écouter leurs signaux de faim et de manger des aliments nourrissants qui donnent de l’énergie pour jouer, sauter, courir, etc.

La période du dîner regorge de retombées directes chez chaque élève et commande un savoir-faire quasi complet du rôle du personnel éducateur en garde scolaire. Souhaitons que tous les élèves de l’école, y compris ceux qui sont au service de dîneurs, puissent profiter d’une période de dîner aussi enrichissante!

À propos de Lucie Laurin

Diététiste de formation, Lucie a été intervenante École en santé et impliquée pour la politique alimentaire et les saines habitudes de vie dans les écoles et les services de garde en milieu scolaire depuis de nombreuses années. Elle a notamment complété une certification de nutrition en santé publique en 2015.

Lucie Laurin Dt.P. – Chargée de projet et formatrice
450 670-8390 poste 232
lucie.laurin@gardescolaire.org

À lire aussi...