Silence, on dîne!

microphone-1209816_1920_enfantquicritFaut-il avoir peur du bruit le midi? Évidemment pas! Pour les élèves, le dîner est un moment de détente, de socialisation, mais aussi une occasion de développer leurs habiletés. Il suffit pour les adultes chargés de les encadrer de mettre en place les bonnes conditions. Certains conseils peuvent s’avérer judicieux pour comprendre l’ambiance sonore, travailler sur l’environnement et le contexte de repas et mettre en place une gestion efficace de son groupe.

C’est bruyant : un peu, beaucoup ou passionnément?

Nos données d’enquête révélaient que plus de 80 % des techniciens identifiaient le niveau de bruit dans le local comme un obstacle au bon déroulement des repas. Lorsqu’une équipe a pris la mesure des décibels dans plusieurs locaux de dîner utilisés par la garde scolaire, il était possible de constater que la perception du niveau de bruit est différente du niveau de bruit réel, ce fut le cas pour une éducatrice qui informait les élèves que même s’ils étaient moins nombreux qu’auparavant, ils étaient plus bruyants, alors que ce n’était pas le cas. Cette perception peut s’expliquer par une combinaison de sens sollicités au même moment, dont des stimulations visuelles liées au mouvement des élèves et leur timbre de voix aigu. C’est aussi parfois notre niveau de tolérance qui entre en jeu. Quoi qu’il en soit, il est normal que les élèves aient besoin de relâcher un peu de pression entre les périodes de classes.

Ce n’est un secret pour personne que les dimensions de la pièce, les matériaux et les surfaces absorbantes influencent grandement la qualité acoustique de l’espace, c’est donc l’un des premiers éléments sur lesquels agir.

Il faut que ce soit agréable

pexels-photo-24441_ampoule_faible

S’il est agréable, le lieu de repas devrait vous donner envie d’y manger. En tant qu’adulte, l’ambiance (voir Le partage des responsabilités au repas), c’est votre responsabilité et le niveau de bruit joue beaucoup sur l’ambiance. Pour contrôler le bruit, il peut être tentant, à première vue, d’éteindre les lumières. Vraiment? En fait, c’est contre-productif. Lors de la prise de mesure du niveau de décibels, il a été constaté que si le niveau descendait juste après avoir éteint les lumières, il remontait au même niveau après un court instant. Répéter ce geste à quelques reprises et demandez-vous quel est l’impact sur les élèves, sur la convivialité et sur l’ambiance.

Pour maintenir l’ambiance tout en favorisant l’adoption de saines habitudes alimentaires chez les élèves, nul besoin d’imposer le silence, même en tant qu’adulte nous trouverions cette situation stressante. Discuter (et socialiser) enrichit l’expérience alimentaire et permet le développement d’habiletés sociales, dont les habiletés langagières. En tant qu’éducateur, vous pouvez même encourager la discussion. Parlez-leur de leurs aliments (tout en abordant que leur côté positif), de leur couleur, leur forme, leur origine, etc. Vous serez ainsi plus en mesure de leur montrer le ton de voix qui est acceptable.

Gérer son groupe

telecommandeLe code de vie et les règles en place au dîner doivent permettre de maintenir un climat agréable où les élèves peuvent enfin socialiser et apprendre à respecter les limites qu’on leur impose et leurs camarades. Certaines consignes peuvent être mise en place pour limiter le bruit comme ne parler qu’aux élèves à sa table et respecter le droit de parole de chacun (pour plus de conseils, consulter Pour une ambiance agréable au repas). Vous pouvez, si c’est possible, placer les enfants par petits groupes, ce qui favorise une discussion plus calme et même prévoir un espace de jeux calmes et de lecture pour ceux qui terminent plus rapidement leur repas.

Montrer aux élèves comment se comporter et les animer est toujours une meilleure option que les techniques et les gadgets visant à les contrôler, comme les applications ou les systèmes avec micros intégrés qui envoient un signal dès que le niveau de décibels atteint un certain seuil.  Encourager et renforcer les bons comportements vaut toujours mieux que les systèmes de points et de punitions.

Bien manger, ça s’apprend et les élèves y parviendront plus facilement si les adultes qui les encadrent y mettent les conditions nécessaires, d’autant plus que ces apprentissages les suivront toute leur vie. Manger doit demeurer une expérience positive et pour y parvenir il faut toujours garder en tête que l’ambiance du repas doit être agréable, c’est-à-dire que s’il ne faut pas crier pour y parvenir exiger le silence n’est pas non plus une option. Enfin, vous êtes l’adulte, vous êtes le modèle à suivre, donnez l’exemple vous permettra d’établir vos propres conditions. Et n’oubliez pas que le changement se fait une étape à la fois.

 

Julie Simard, conseillère aux projets spéciaux