Des présentations qui valent le détour!

Le Canada est l’un des rares pays développés à ne pas avoir mis sur pied de politique en alimentation scolaire. Et pourtant, d’un océan à l’autre, des intervenants dévoués et passionnés, comme vous, ont mis sur pied des initiatives souvent extraordinaires.

C’était le sujet de la première conférence nationale sur l’alimentation scolaire à laquelle nous avons participé : du Changement au menu qui s’est déroulé à Montréal de 12 au 14 novembre dernier. Voici un bref aperçu des présentations auxquelles j’ai eu le bonheur d’assister.

D’abord, les deux présentations des étudiantes en architecture de l’Université Laval avec qui nous avons le privilège de travailler ont eu un vif succès. Moderniser l’architecture des écoles pour soutenir l’adoption et le maintien de saines habitudes de vie à l’heure du repaset Améliorer les environnements physiques des aires de repas dans les écoles primaires; vers un outil d’autoévaluation faisaient état de leurs principales avancées et découvertes sur l’amélioration de la convivialité des aires de repas dans nos écoles. La présentation devrait être disponible sous peu sur le site de l’événement (D2).

Étudiantes de l'Université Laval
Mélanie Watchman, Sandrine Lemieux-Tremblay, Andrée-Anne Larivière Lajoie, Mélanie Legault et Laurence Jodoin-Nicole de l’École d’architecture de l’Université Laval.

Le volet Recherche et évaluation n’était pas en reste. J’aimerais porter à votre attention deux présentations. La première, Composition et qualité nutritionnelle des boîtes à lunch des jeunes du niveau primaire selon le milieu socioéconomique (Alméras et Vallières) semble remettre en question certaines idées reçues, dont celles voulant que les boîtes à lunch chaudes aient une meilleure valeur nutritionnelle. Les nutritionnistes des Producteurs Laitiers du Canada ont présenté leur enquête sur les Pratiques pour intégrer les notions de nutrition et de saines habitudes de vie dans les écoles primaires du Québec. Quelles sont les pratiques des enseignants et quel rôle croient-il qu’ils peuvent jouer à ce niveau? Quel est le niveau d’implication de l’école dans l’éducation à la nutrition et aux saines habitudes de vie? Mais, surtout, quels sont les défis rencontrés par les enseignants et les directions à ce niveau? Plusieurs constats peuvent faire penser aux résultats de l’enquête à laquelle vous avez participé Le portrait de la période du dîner et de la promotion des saines habitudes de vie dans les services de garde en milieu scolaire. La plupart des intervenants qui faisaient état de leur réussite et de leurs difficultés insistaient sur la nécessité de faire participer le plus grand nombre au changement : parents, collègues, communauté, élèves…

Enfin, il est difficile de le passer sous silence, des élèves ont réalisé avec brio deux courtes présentations interactives pour nous montrer leurs compétences culinaires, dont un groupe de niveau secondaire sous la supervision de la Tablée des chefs et un groupe de niveau primaire avec les Ateliers cinq épices.

Il est malheureusement impossible de tout voir lors d’une tel conférence. Heureusement, plusieurs présentations sont déjà disponibles sur la page de l’événement et il est déjà possible d’y jeter un coup d’oeil.