La compétition, ça fait bouger!

Pas facile de motiver les élèves à bouger. On dirait parfois que, comparés à un écran coloré et des animations épatantes, nos meilleurs efforts semblent tomber à plat! Voici une façon simple de redonner du piquant à vos activités : faites-en une compétition!

Des élèves engagés

Si votre jeu est rapide et qu’un grand nombre d’élèves participent en même temps, vos hyperactifs n’auront pas le temps de s’ennuyer! Ils auront du plaisir à participer, devront se concentrer sur le jeu et auront l’occasion d’utiliser leur énergie de façon positive.

Une gestion de groupe plus facile

Ça peut sembler contre-intuitif, mais lorsqu’on a une compétition entre deux ou trois équipes, tous ont intérêt à suivre les règles du jeu pour gagner. Vous pouvez utiliser ceci à votre avantage : la prochaine fois qu’un joueur ne respectera pas les règles, donnez un point à l’autre équipe! Vous verrez, les joueurs auront tôt fait de se surveiller entre eux.

Bâtit la confiance en soi

Certains élèves sont plus timides que d’autres. Pour bâtir leur confiance en eux, il est essentiel de les sortir peu à peu de leur zone de confort. Un jeu compétitif est une excellente façon de les emmener à bouger ou parler davantage.

Favorise la collaboration

Pour gagner un jeu compétitif en équipe, tout le monde doit collaborer. Que ce soit passer un ballon rapidement, faire un parcours à deux ou encore un jeu de téléphone à relais, il est essentiel de penser à ses coéquipiers. Si vous jouez au même jeu plusieurs fois, ne soyez pas surpris de voir vos meilleurs élèves commencer à aider les plus faibles pour augmenter leurs chances de gagner!

Pour des exemples de jeux compétitifs très simples, que vous pouvez faire dès aujourd’hui, je vous suggère de lire cet article de la boîte à outils : Trois jeux actifs avec un ballon gonflable.

À propos de François Berthelot

François Berthelot détient un baccalauréat en Plein air et tourisme d’aventure. Après avoir dirigé plusieurs projets d’expéditions hivernales et d’aventures pour adolescents, il a fait le saut en enseignement et dans ses classes, les élèves bougeaient! Pour François, toutes les occasions sont bonnes pour faire bouger les élèves. En plus, ils apprennent mieux lorsqu’ils sont engagés et en mouvement!